Autres informations et services officiels : www.belgium.be

Vos médicaments et produits de santé, notre préoccupation.

Consultez votre médecin et/ou votre pharmacien avant de prendre un médicament lorsque vous êtes enceinte ou que vous allaitez

La grossesse et l’allaitement sont des périodes délicates en ce qui concerne la prise de médicaments.
Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, demandez toujours l’avis de votre médecin et/ou de votre pharmacien et lisez la rubrique « Grossesse et allaitement » de la notice avant de prendre un médicament.

Grossesse

  • Evitez au maximum l’utilisation de médicaments pendant la grossesse, quelle que soit leur forme ou leur voie d’administration.
    Attention, les médicaments à usage externe (par exemple crème, onguent, gel) sont aussi concernés.
    Cependant, la prise d’un médicament peut, dans certains cas, s’avérer absolument nécessaire. Votre médecin ou votre pharmacien choisira le médicament en mettant en balance les bénéfices du traitement avec les risques encourus pour vous et l’enfant à naître.

    L’automédication est déconseillée pendant cette période délicate.
  • Respectez bien les consignes du traitement prescrit (par exemple dose et durée) au risque d’en perdre le bénéfice.
    La durée du traitement doit être limitée au maximum mais ne modifiez/n’arrêtez pas un traitement sans l’avis de votre médecin et/ou de votre pharmacien.
  • Méfiez-vous de produits qui pourraient vous paraître inoffensifs comme entre autres :
    • des produits à base de plantes car certains pourraient contenir des substances à risques en cas de grossesse.
    • des suppléments vitaminiques car, par exemple, la prise d’une quantité trop importante de vitamine A peut provoquer des malformations chez l’enfant à naître.

En outre, durant les différentes étapes de la grossesse :

  • Avant la conception
    • Demandez l’avis de votre médecin et/ou de votre pharmacien si vous envisagez une grossesse.
      En effet certains médicaments restent longtemps dans l’organisme après la dernière prise et doivent être supprimés un certain temps avant la conception, qu’ils soient administrés à la future maman ou au futur papa.
      Par ailleurs, la prise de certains médicaments (par exemple acide folique à prendre dès l’arrêt de la pilule, fer, calcium, iode) ou l’administration de vaccins peut être conseillée.
    • Supprimez l’alcool et le tabac.
  • Premier trimestre
    • Signalez toujours votre grossesse à votre médecin et/ou à votre pharmacien.
      Certains médicaments peuvent provoquer des malformations s’ils sont administrés dans les trois premiers mois de grossesse car c’est au cours de cette période que se forment tous les organes.
  • Deuxième trimestre
    • Restez vigilante lors du deuxième trimestre et demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Le risque de malformation diminue après les trois premiers mois mais certains dangers subsistent (par exemple retard de croissance, anomalie neurologique).
  • Troisième trimestre
    • Evitez de prendre certains médicaments pendant les trois derniers mois de la grossesse. L’aspirine, par exemple, peut provoquer des hémorragies chez la mère et le fœtus.
    • Restez vigilante en fin de grossesse ou juste avant l’accouchement car certains médicaments peuvent passer dans le sang du nouveau-né et ne pas être éliminés, ce qui peut conduire à une intoxication.

Consultez toujours votre médecin et/ou votre pharmacien avant de réutiliser à un stade plus avancé un médicament qui vous a déjà été prescrit pendant votre grossesse, car il pourrait, à cet autre stade, présenter un risque.

Allaitement

Soyez également prudente durant la période pendant laquelle vous allaitez car les médicaments peuvent passer dans le lait maternel.

  • Evitez l’automédication.
  • Consultez toujours votre médecin et/ou votre pharmacien avant de prendre un médicament.
  • Lorsque la prise d’un médicament s’avère nécessaire, prenez-le toujours immédiatement après avoir donné le sein.
    Si le médicament que vous prenez peut avoir un effet sur votre bébé, votre médecin ou votre pharmacien vous conseillera parfois d’arrêter l’allaitement, temporairement ou définitivement.

Certains médicaments peuvent aussi avoir une influence sur la production de lait en la diminuant ou en l’augmentant.